Un été à Hong Kong? Même pas chaud.

Cet été, il y a eu du sable, des cocktails et des escapades. Beaucoup de découvertes, et peu de temps pour vous en parler. Il y a cette nuit où on a nagé avec des poissons fluorescents. Et les hordes d’araignées. La Junk boat party, la balade sur l’île de Peng Chau et celle où on a vu la Chine, oh et le jour où on a essayé le longboard. Grand moment. Il faut que je vous raconte.

Résumé des épisodes précédents.

Lire la suite

Publicités

C’est bientôt l’heure de sortir les tongs

Il était temps de découvrir les plages Hong Kongaises.
Hong Kong, c’est Disneyworld. Il y a les boutiques, les dragons qui font du shopping, les dauphins roses dans la baie (on y reviendra, promis), les buildings qui donnent le vertige, le Bouddha qui se la pète, et il y a même des plages. Pour les tongs, on attendra, mais histoire de savoir où poser sa serviette cet été, nous sommes allés mettre les pieds dans le sable. Juste pour voir.

Sur Hong Kong Island, il y a Repulse Bay. La plage branchouille-hype-trop-la-classe, celle qu’il faut faire avant toutes les autres, celle où c’est magnifique, celle où c’est génial, celle qui nous a déçu. Alors oui, Repulse Bay a du potentiel, mais si tu y vas en plein hiver avec une dalle à manger du chat, un peu moins. Personne, pas un petit bar de plage, pour la première fois depuis que nous sommes arrivés à Hong Kong, nous avons été à court de Starbucks –ça n’arrive JAMAIS ici-. Le temps d’une photo du joli poteau et nous filons sur Aberdeen pour un canard laqué vraiment-pas-terrible. On ne peut pas gagner à tous les coups.

A refaire en pleine saison, donc.

Mui Wo
Sur l’île de Lantau, il y a Mui Wo, le petit village de pêcheurs. On y est allé pour le sunset –raté, il se couche de l’autre côté– et pour le Turkish restaurant, qui vaut le détour, avec des plats succulents et un chef adorable qui change de casquette en fin de soirée pour jouer les musicos avec son groupe. Tamtam et guitares sont de mises, un air de vacances résonne, on est bien.

Et pour finir il y a Tai Mei Tuk. On a découvert ce petit coin paisible à la fin de l’une de nos randonnées sur les Nouveaux Territoires. On y fait du vélo, du cerf-volant et des barbecues. Avec tout ça, on commence à se dire qu’on peut survivre à l’été.

Tai Mei Tuk

Ma St Valentin avec Bouddha

HelloBouddha
Cette semaine, nous avons reçu notre premier hôte. Une excellente excuse switcher en mode touriste pendant quatre jours.

On commence une rencontre avec mon valentin, j’ai nommé Big Bouddha, l’une des cinq plus grandes statues de Chine. Il symbolise la relation entre la nature et l’homme, et il est assis là, devant nous, avec ses copains tout autour qui lui tendent plein d’offrandes –fayots-.

Big Buddha
Oui, il est joli et wahou, qu’est-ce qu’il est grand, mais ce qui nous scotche, c’est sa situation. Il est perché au milieu de nulle part, au coeur de Lantau -notre île chérie-. Le Cable car qui nous y emmène nous offre une vue imprenable sur le ballet des avions à l’aéroport, puis la mer, les collines, le rescue trail que l’on survole et la baie au loin.

On a prévu un aller en oeuf et un retour à pieds, mais le Starbucks nous fait de l’oeil, et le soleil est déjà bien bas. Ce sera donc Chocolate Signature et bus direction Mui Wo, le petit village-qu’il-est-trop-magnon.

le dragon qui faisait les boutiques

Dragon_in_the_mall
Des bruits de tambours qui résonnent dans les larges couloirs de Citygate. Une foule de gens qui se dirige soudainement vers l’escalator. Des employés qui courent partout avec des sacs poubelles et ramassent des feuilles d’arbre. Il se passe quoi, au juste, dans ce mall ?

C’est le Nouvel An Chinois. Aujourd’hui, les dragons font le tour du centre commercial, boutique par boutique, pour chasser les mauvais esprits et les monstres.

Ce gros nounours qui a l’air si doux représente la bravoure et la chance. Devant chaque boutique, les commerçants ont disposé un bouquet de branches d’arbres. Le dragon arrive accompagné de son cortège et du tambour qui rythme ses pas. Il attrape les feuilles et les jette dans la boutique, il en fait tout le tour jusque dans les moindres recoins -on ne sait jamais, les monstres pourraient se cacher, les filous- et il sort, majestueux, en nous faisant deux trois petits pas de danse.

Dragon
Il est très agile –traverser une parfumerie à quatre pattes sans renverser un seul flacon, chapeau le dragon-. Il faut dire, ce sont des pratiquants d’arts martiaux qui dansent dans le dragon –non, ce n’est pas un vrai dragon-.

Autant dire qu’on ne pas l’embêter, en plus il y a écrit Kung Fu sur les t-shirts des bodyguards.

Danse et mets tes baskets, chouette

tozepeak
Pour ceux qui ne le savent pas –Quoi? Tu savais PAS?-, The Peak, pour les Hong-Kongais, c’est un peu leur Eiffel Tower à eux. T’as pas vu HK si t’as pas été à Peak. On y va avec le Tram trop mignon qui grimpe tout en haut. Enfin, ça, c’est une des options.

Sinon, on peut aussi y aller à pieds en passant par Aberdeen. Vous l’aurez compris, mes muscles à peines remis de mes déboires randonnesques, je rejoins notre groupe pour une nouvelle balade. Trois heures à travers les sentiers, à passer d’une vue sur mer à l’immensité de la ville. Ça grouille de papillons, ça sent la nature, on entend le silence et arrivé à destination, ça sent les gaufres.

IMG_6777
Une fois de plus, je rencontre des gens formidables, des Britishs –encore!-, mais aussi des locaux. On reconnaît les habitués et, au milieu de ça, les randonneurs du dimanche qui se demandent ce qu’ils font là. Le tout mixé donne un super milkshake de gens. Résultat, me voilà embarquée –avec ma moitié, à temps partiel– dans un rythme de deux à trois hikes par semaines. De quoi dépoussiérer mes baskets, connaître la HK cambrousse, devenir paranosnake et en prendre pleins les yeux. Et plein les cuisses, aussi.

Après Hong Kong Island, destination Lantau donc, l’île au Big Buddha, l’île de Disneyland, l’île aux dauphins roses, l’île aux surfeurs, celle de l’aéroport, et surtout l’île aux paysages sublimes.

lantau

En semaine cette fois, nous passons de seize à… quatre randonneurs. Rendez-vous matinal devant le Starbucks qui est au pied des magasins d’usines. Je viens de me lever, je rêve d’une chose : un chocolat chaud-chantilly-muffin-aux-pépites et une session shopping. Mes jambes n’écoutent qu’elles, et je me retrouve dans le ferry direction Tai O, partie pour quelques cinq heures de randonnée avec mes trois compères.

Le temps brumeux nous rappelle quelques randonnées chez les kiwis. Lantau est très différente de ce qu’on a pu voir jusque là, plus vallonnée, plus grande que ce qu’on a pu imaginer, sauvage, belle, belle, BELLE.

Nous avions certes déjà rencontré des gens exceptionnels, mais lorsque Dave nous parle de son trek des Annapurnas, de ses projets de Machu Picchu et de Kilimandjaro, les discussions sont sans fin. Et les projets aussi.

Et mon petit plaisir du jour, j’ai vu le big Buddha ! Celui qu’ils vont tous voir, le grand, le géant, le sacré. Celui que vous voudrez voir quand vous viendrez, parce que c’est un must, c’est votre guide qui l’a dit. Il est pas si grand que ça. J’irai voir ça de plus près, à l’occasion.

buddha