Un été à Hong Kong? Même pas chaud.

Cet été, il y a eu du sable, des cocktails et des escapades. Beaucoup de découvertes, et peu de temps pour vous en parler. Il y a cette nuit où on a nagé avec des poissons fluorescents. Et les hordes d’araignées. La Junk boat party, la balade sur l’île de Peng Chau et celle où on a vu la Chine, oh et le jour où on a essayé le longboard. Grand moment. Il faut que je vous raconte.

Résumé des épisodes précédents.

Lire la suite

Publicités

Double Yay!

Lifeissogood
Ça fait combien de temps que je ne vous ai pas parlé des derniers Dim Sum que j’ai goûté ou du dernier temple taoïste visité? Waow. Ça va, vous? Ici je ne vous cache pas que c’est un peu la folie furieuse.

Lire la suite

Quand les heures passent comme des secondes

whatsgoingon
Il y a beaucoup de choses que nous avions prévu de faire avant l’arrivée des beaux jours. Seulement voilà, nous avons beau adorer Hong Kong, cette ville nous pose un gros problème : les heures passent comme des secondes ici, et les mois comme des semaines. Le temps file à une allure incroyable. Les rencontres et les projets s’enchaînent, les jours défilent et voici Mai qui pointe déjà le bout de son nez.

A trop vous raconter nos mésaventures Australiennes en long et en large, j’en ai oublié de vous compter nos déboires Hong Kongais. Retour sur un mois de folies.

………

Sevens
Trop occupée à câliner les koalas, je n’ai pas eu le temps de me battre pour obtenir des places pour les matchs. Nous nous sommes donc contentés de la version beach, le 5s et de supporter les Bleus* depuis l’Irish pub du coin.

Pour les incultes qui comme nous, découvrent cet événement seulement maintenant, le Sevens, c’est un tournoi de rugby à sept organisé à Hong Kong. Ça, c’est la version officielle. En réalité, le Sevens, c’est surtout l’occasion de se déguiser et de faire la fête comme jamais. Nous avons découvert LKF comme jamais, nous avons croisé un jambon qui marche, Buzz l’Eclair et beaucoup de fées poilues aux corps de rugbymen.

Le 5s, c’est la version alternative, matchs de rugby dans le sable à Repulse Bay, cocktails parfum vacances et pique-nique sur la plage. Autant dire qu’après trois semaines sur les routes Australiennes, le retour à la réalité n’est pas trop violent.

 ………

_

LesRandos
Nous n’avons pas perdu le rythme, les découvertes continuent.

Nous avons enfin mis les pieds sur la superbe plage de Sai Kung, rencontré une népalaise anciennement guide dans l’Himalaya**, j’ai vu passer un serpent vert*** à quelques centimètres de mes pieds, nous avons frôlé la frontière chinoise, traversé des villages typiques incroyables, rencontré des autrichiens, américains, anglais, australiens, pris des coups de soleil, croisé de véritables tempêtes de pluie tropicales, couru dans les flaques et bu des bières dans des bars où personne ne parle un mot d’anglais.

 ………

Soho
De loin le coup de coeur du mois. Quel bonheur, quand des interviews nous amènent à découvrir de beaux quartiers –ça change des entretiens à St Denis-. Si le mois d’Avril a été chargé professionnellement, ça ne m’a pas empêché de continuer mes escapades, loin de là.

Certes, courir dans les rues de Soho en talons, mon portfolio à la main n’est peut-être pas la meilleure façon de découvrir le quartier, mais ça m’a suffit pour tomber sous son charme.

Nous y sommes retournés pour en découvrir de superbes cafés, boutiques, ruelles, parcs, marchés. C’est comme un petit Wan Chai, de l’autre côté de l’île. Rien à voir avec le côté busy de Hong Kong, ici on entend les klaxons oiseaux, on prend le soleil en terrasse et on bouquine au zoo. Superbe. On adore.

………

NewYork
Si tu ne peux pas aller à New York, New York vient à toi, à Hong Kong. Hollywood voit les choses en grand pour la sortie de Spider-Man 2. Ledit superhéros s’est installés sur la baie de Tsim Sha Tsui, jouant avec un pauvre taxi new-yorkais. On s’y croirait ! Ça donnerait presque envie d’aller voir le film à New York, tout ça. C’est vrai, ça fait déjà cinq ans. Il serait temps.

Les photographes à l’Ipad affluent autour du pauvre Spiderman, la foule est omniprésente depuis son installation. En voyant ça, nous sommes d’autant plus heureux de vivre à Wan Chai qui nous semble si calme en comparaison.

………

ManMoTempleMan Mo Temple, c’est un temple dédié au dieu de la littérature. Un des must-do à Hong Kong si l’on en croit les guides. D’extérieur, il ne paie pas de mine –la terrasse du café d’à côté donne nettement plus envie-, mais une fois entré dans l’enceinte du temple, c’est tout autre chose. Des centaines de spirales d’encens accrochés au plafond, des lampes et des écritures religieuses partout, des autels, des prières, et ce calme.

C’est fascinant de trouver ce lieu de culte si paisible dans un des quartiers branchés de la ville, qui grouille de restaurants et shops si hypes.

………

BestDimSumEverIl ne faudrait pas perdre la main, expat ou pas, toujours rester touriste dans sa tête. C’est en ressortant le guide que nous avons listé nos « must try« . Nous commencerons par l’un des meilleurs restaurants à Dim Sum de Hong Kong, One Dim Sum.

Nous y amenons un couple d’amis Brésiliens plutôt frileux à l’idée de déguster ces bouchées gluantes. Nous sommes fans, pas difficile de les convaincre. Lorsque les plats arrivent, nos amis passent de frileux à effrayés. Une fois passé l’aspect étrange –mais non ils sont trop mignons!-, tout le monde se régale. Une véritable orgie de Dim Sum, à tous les goûts, nous testons même les sucrés –on avait pourtant dit qu’on arrêtait-, un délice.

L’addition viendra ajouter de la saveur à notre festin. Dix-huit euros pour quatre personnes. On aime ce restaurant. Tellement que nous y retournerons le lendemain.

*Match Scotland/France. Le pub est en délire à chaque point marqué par les Ecossais. On se fait écraser comme jamais. Allez, on fini la bière et on s’en va. Discrètement.
**C’est comme ça que le trek au Népal est passé en haut de la bucketlist.
***Méchant. Très méchant.

Happy Wednesday in Happy Valley

Happy
BOUM la #todolist. Enfin! Il était temps qu’on découvre les courses de Happy Valley.

Vous allez me dire, depuis quand vous vous intéressez aux courses de chevaux, vous ?* Le yoga la semaine dernière, les strings à pompons et maintenant les dadas, merde, on vous a perdu là.

Les courses de Happy Valley à Hong Kong, c’est une institution qui dure depuis des années ici. Tous les mercredis soirs, tout le monde se retrouve autour de quelques bières, hot-dogs et cacahuètes pour venir voir les courses. Les gradins sont emplis d’une ambiance délurée, ça parie, ça boit, ça chante en live –du Pharrell Williams au saxo, wow-.

On se croirait dans une série américaine.

On en prend plein les yeux** avec des styles de tout horizons qui se mélangent. Papi en converses, demoiselles en chapeau-corbeille-de-fruits, géantes sur talons aiguilles, Vip en costumes-cravates, touristes en short de bain-tongs et nanas en robes de soirée.

*Pour répondre à la question : depuis qu’on y trouve des bières et des hot-dogs.
**A refaire avec un appareil photo digne de ce nom. Bouh, les photos du smartphone bouh.

the street to get blind drunk, baby

drinkdrinkdrink
Un Hong Kong qui vibre, des bars obscurs, des danseuses qui aguichent à l’entrée, des happy hours à tous les coins de bars et des néons qui clignotent partout. Pas de doutes, vous êtes à Lockhart Road. La New Orleans de Hong Kong, l’endroit où tu fais la tournée des bars jusqu’au bout de la nuit, le bar district, la rue qui te fait marcher pas droit, the place to drink.

Ça fait des semaines que je vois le bar San Francisco me faire de l’œil depuis la passerelle du métro. Let’s go! En arrivant, je réalise que ce n’est autre qu’un… club de strip-tease. On optera pour un plan B. Un bar avec des gens qui gardent leurs vêtements. Carrément, ouais.

IMG_6740IMG_6755
Vous allez être déçus, ni cuite ni stripers pour notre première soirée sur Lockhart. Juste un verre de vin avec notre ex-colloc et copain de galères Jakartiennes. On vous attend pour les cocktails !

Such a perfect day

greencanyon3

On commence la journée par quelques vagues matinales en compagnie de nos amis Texans Mike et Lily, un breakfast all together and let’s go to the Green Canyon.

On longe le fleuve verdoyant en scooter jusqu’à embarquer sur un bateau de pêche typique. Quelques minutes plus tard, nous voilà dans la jungle. Des palmiers sont perchés en haut des falaises, un iguane au bord de l’eau, des lianes, des cascades, puis le bateau nous dépose pour finir la balade à la nage. A contre courant. Ambiance Fort Boyard, c’est magnifique, on manque de se laisser emporter par le courant plus d’une fois, puis nous arrivons à un gros rocher, le guide nous fait grimper, voilà Miss, tu sautes. Mais. Tu ne discutes pas. Tu sautes. Ahah. Pas le choix. Cri de pét*sse insupportable et plouf. Bordel que c’est beau. Le retour est magique, on se laisse porter par le courant jusqu’au bateau.

IMG_0047

La journée est loin d’être finie. Sur le chemin du retour, on croise Bono, notre pote local surfer-artiste-photographe, accompagné de Franziska, Hanna et Sebastian, les trois allemands qui étaient là à cette fameuse soirée belge Afoooon.

« Bono nous emmène sur ses secrets spots. Vous venez ? »

Hmmm.

secretspottrip

C’est parti pour une heure de scooter à travers des paysages plus que magnifiques, on traverse des minis villages isolés de tout, on longe la côte… La route est interminable et d’une beauté incroyable. La destination en vaut les kilomètres. On s’arrête dans un véritable coin de paradis après avoir fait une pause au meilleur warung de la région.

Tous les six posés sur la colline, à manger notre poulet au curry avec les doigts en regardant les vagues. Silence. Bon-heur. Sur la route du retour, on continue avec une plage immense et déserte, le temps de jouer dans les vagues, d’user la Go Pro et de crever un pneu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De retour à Batu Karas la journée est loin d’être finie. Une douche et rendez-vous de l’autre côté de Batu Karas pour un barbecue traditionnel avec tous les voyageurs du village : anglais, hollandais, indonésiens, allemands, français, canadien. Deux feuilles de bananier géantes sont posées sur la table, avec, dessus, snipers, gambas, épices, calamars, riz… Un régal à se partager en mangeant comme les vrais, avec les doigts. Un délice. Et un moment pour le moins inoubliable.

Hamac, guitare et oeuvres d’arts de Bono, on finit la soirée avec une Bintang sous les étoiles… Bon-heur. -déjà dit ?-

Busy birthday

IMG_7910-2

Mardi j’ai eu 24 ans. On était embêté, Guillaume a été appelé pour voler toute la journée. Alors on s’est arrangé. Mieux que la dédicace au micro à Surabaya la dernière fois, le voyage avec vue sur les nuages. On a même vu le Mont Bromo, celui qu’on ira voir de plus près pendant nos vacances à Java en mars.

Arrivée à Bali royale, escortée jusqu’au taxi, accueillie comme une princesse à l’hôtel, cocktail, room service, pool, crumble d’anniversaire. Et un brief pour la semaine en prime de ça. On a vu pire, comme conditions de travail.

 

Blog_Bthdy_1

St Patrick’s day in Wellington

Ici on trouve des bars à fringues. On mange le meilleur poulet-mangue du monde. Et Ô miracle, des magasins de chapeaux. Saatchi & Saatchi, aussi – on en reparlera plus tard, j’espère -. Des musiciens à chaque coin de rue. Un breton qui fait des crêpes. Et des gens habillés en vert. Et beaucoup, beaucoup de bières.

Non, je n’emploierais pas l’expression « avoir envie de se prendre une putain de bonne cuite ». Mais quand même j’ai mis un tee-shirt vert.

36 hours of birthday

Il y a des 19 février où à 00h01 tes collocs débarquent dans ta chambre une bouteille de Veuve Cliquot à la main – ou c’est moi qui ai débarqué ? Peu importe, c’était fou, en plus ils sont belges -. Et il y a des 19 février où une énorme araignée vient te souhaiter un joyeux anniversaire dans ta caravane. Heureusement, tu as la bombe pour la tuer. Malheureusement elle est vide. L’araignée tombe. Tu t’endors. Elle se réveille. Vengeance. Le lendemain matin, tu as un an de plus et un pied qui a triplé de volume.

A peine levée, Jack arrive en courant à la caravane « Happy birthday Mewie ! ». S’en suivent Timothee, Sage, Suze & Co. Un bol de muesli pour la route, un bol d’essence pour Choupi et hop, direction Kiwiland. Je sais, ça fait de la route pour une journée, mais je n’ai pas pu résister à mon caprice, après tout c’est mon anniversaire. Sur la route quelques stops. Karangahake Gorges. Plein la vue. Waihi et sa vieille gare. Katikati et ses fresques murales. Et nous y voilà.

Te Puke. La capitale du kiwi.

Welcome to Kiwi 360. Un jus de kiwi et hop, c’est parti pour le kiwi tour. Vous le saviez vous, que c’était le fruit le plus healthy du monde ?

J’ai vu comment ça grandit, Papa, Maman, vous êtes mal barrés ils vont vous bousiller la pergola d’ici 35 ans. Ensuite j’ai voulu acheter pleins de souvenirs géniaux pour vous. Mais je me suis rappelée que je ne rentrerais jamais donc j’ai opté pour des cartes postales. Puis j’ai fini par demander à la rouquine du café si le cheesecake kiwi vallait le kiwi. Quand elle a dit oui ses yeux pétillaient et des tout petits kiwis tourbillonaient dans ses yeux. Alors j’ai goûté. C’est le genre de cheesecake que tu arrives à finir seulement après huit mois de célibat, cinq rendez-vous foirés et trois posages de lapins. Je soupçonne la rouquine d’avoir fini ma part en cachette dans l’arrière-cuisine.

Dernier stop à Tirau, où le kiwi Steven Clothier s’est exprimé avec de la tôle pliée. Funny guy. Sans doute la seule ville au monde où il est impossible de trouver une bouteille d’Ice Tea.

Fin du périple, direction Orini. Arrivée chez Jackie et Brent – pour ceux qui n’ont pas suivi ce sont les parents de Glenn. Glenn qui est le cousin de Rhys et de Blair. Et le mec d’Helen, qui m’a trouvé la voiture -. Boum. Du vin, un repas de dingue et là. Re-boum. The cake. Avec le flag et tout. Hystérique j’étais. J’ai fais mon américaine. Limite insupportable. Aaaaaaaaaaaah awesome Jackie you’re so awesome ! Ahhhhhhh.

Par respect pour moi-même je censurerais donc les photos.

Australians, yacht, wine and barbecue

La fin d’un séjour, c’est comme en colonie de vacances.  Tu sais, quand le dernier soir, tu tombes amoureux du p’tit blond après avoir dansé un slow sur Hélène Ségara pendant la boum. Le dernier jour, c’est souvent le meilleur. Tellement que t’as plus du tout envie de partir.

Le dernier jour avec Blair, Bronwyn & co c’était exactement ça. Finir de préparer la villa avant l’arrivée des guests. Remplacer la pause café par une pause piscine à débordement – vue sur l’océan. Rentrer du « travail« . Être accueillie par Logan & Hamish qui me sautent dans les bras. Direction trampoline. Apprendre l’expression piggyback. Se faire belle pour la première fois depuis un mois. Partir pour la villa en évitant d’écraser les moutons qui viennent de s’enfuir (ce qui n’est absolument pas de ma faute – cette fois). Boire du vin aussi bon que celui que tu n’as jamais bu, manger pour quatre, rencontrer des marins australiens, tenter de négocier pour partir avec eux le mois prochain en Alaska, critiquer la Belgique pendant que les Australiens critiquent les kiwis, boire trop, admirer le yacht au milieu de l’océan. Finalement trouver un poste pour travailler sur une régate à Auckland dans quelques semaines. Tomber comme une masse.