Lake Taupo – Kinloch Beach

Ce matin, en essayant de mettre un pied devant l’autre, je me suis rappelée que j’avais marché et grimpé quelques kilomètres hier. J’ai donc abandonné mon projet d’aller à Napier pour m’offrir une après-midi à Kinloch Beach.

J’en avais besoin, la vie est stressante ici.

Publicités

Finally. The Tongariro Alpine Crossing

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Se lever à 4:00 am, prendre la route vers Turangi, le bus des early birds, et rouvrir les yeux au coeur de National Park. Des décors qui n’existent qu’au cinéma. Ceux que tu ne verras jamais – trop beaux, trop loins –. Et là, tu y es. Six heures à traverser le paradis. Six heures inoubliables.

S’il n’y avait qu’une chose à faire sur l’île du Nord, ce serait ce trek. Sans hésitation.

9th family : mon helpx 4 étoiles

A 9kms de Taupo, grand luxe. Je vis dans un private cottage. Ça fait du bien d’être chez soi après deux mois chez les autres. Mon frigo. Mon salon. Ma télé. Ma salle de bain. Ma terrasse. Et, à peine arrivée, mon verre de vin rouge en compagnie de Jos et Richard. Le premier depuis des semaines. Le cake cramberries – white chocolate fait avec amour et livré au beau milieu de l’après-midi « to eat with your tea ».

Et ma nouvelle copine – on en aura une comme ça, hein, dit, hein ? -. Tout ce luxe pour à peine quelques heures à trier des pots dans la pépinière.

Ohinemutu

Ohinemutu, c’est un village maori, au nord de Rotorua.

Un vrai, pas un touristique avec des maoris tatoués au bic. Le jour se lève, l’atmosphère désertique et fumante est mystique. L’église est sans doute la plus belle que j’ai vu – bien entendu, pas de photos, il faudra venir pour en voir plus -.

Wai-O-Tapu : the thermal wonderland

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Devil’s home. Rainbow crater. The Artist’s palette. The Alum Cliffs. Opal pool. Pimrose terrace. Oyster pool. Sulphur cave. Lake Ngakero. Sulphur Mounds. Champagne pool. Inferno crater. Bird’s nest crater. Devil’s bath. The bubbles sounds. The rotten eggs’ smell. Et toutes ces couleurs.

Oops.

L’automne arrive, on l’aura compris avec le temps qu’on a eu cette semaine. Heureusement, on était deux. Cerise est tombée sur une collection de magazines photo et de DVD, et moi sur un pot de miel et du pain. Sauvées. De l’humour anglais, du JP Jeunet, et Motorcycle diaries. Et là, on a un problème. On a pris nos billets pour l’Amérique du Sud. A priori je devrais être de retour avant 2015.

Wanganui : the volcanic valley

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des heures de balade qui passent comme des minutes. Des merveilles comme t’en n’as pas au bord de l’Auzon. T’as l’impression qu’ils se retiennent d’exploser, et que, dans le doute, tu ferais bien de courir.

8th family – Home of the strange

Fin de journée, ça ne sent plus l’oeuf mais la courge pie.

Après avoir longé le Blue Lake, le Green Lake et le Lake Tarawera, avoir passé le n°400 une fois, fait demi-tour, et garé Choupinette, nous y voilà. Une maison qui ne ressemble pas à une maison. Cinq voitures couvertes devant l’entrée. Une décapotable rouge. Un vieux pick-up. Une porte sculptée à la Gaudi. Hellooooo ? Nobody. En m’avançant dans le long couloir violet je croise le plus jeune de la famille. C’est un renard, un peu mort et un peu accroché au mur aussi, mais il est gentil. Mais non c’est pas glaucque.Helloooo ? Hiii-iii. Oh, quelqu’un de vivant ! Vanessa est en train de cookinguer. L’ours Keith ne tarde pas à sortir de sa tanière. Et enfin je fais connaissance avec l’autre french wwoofeuse Cerise – de Montpellier (amazing) – . Champagne, boum. Mais détrompez-vous, champagne gentil, champagne calme. L’ours grogne beaucoup. Son humour est au dessus de l’humour anglais – ou en-dessous ? -. Je me sens moins seule avec Cerise qui confirme, this man is so strange.

Keith m’avait contactée il y a des mois de ça pour me faire bosser sur un projet artistique. Typographe option art nouveau, ça, j’avais jamais fait. Je passe donc mes matinées à préparer les pochoirs de ses prochaines sculptures : les numéros de la maison à afficher sous la boîte aux lettres. Oui, les. Le terrain est tellement grand  qu’il comprend plusieurs numbers.

Pendant ce temps, il travaille à la serre avec Cerise, ou bien il tue des cigales à coups de Crocs – les cigales c’est nul ça fait du bruit -. Dans le genre on a aussi la photographie c’est nul c’est juste appuyer sur un bouton. J’attends les suivantes.