Un été à Hong Kong? Même pas chaud.

Cet été, il y a eu du sable, des cocktails et des escapades. Beaucoup de découvertes, et peu de temps pour vous en parler. Il y a cette nuit où on a nagé avec des poissons fluorescents. Et les hordes d’araignées. La Junk boat party, la balade sur l’île de Peng Chau et celle où on a vu la Chine, oh et le jour où on a essayé le longboard. Grand moment. Il faut que je vous raconte.

Résumé des épisodes précédents.

Lire la suite

Double Yay!

Lifeissogood
Ça fait combien de temps que je ne vous ai pas parlé des derniers Dim Sum que j’ai goûté ou du dernier temple taoïste visité? Waow. Ça va, vous? Ici je ne vous cache pas que c’est un peu la folie furieuse.

Lire la suite

La voisine aux accents européens

Macau
Macau est la petite soeur de Hong Kong. Version ancienne colonie portuguaise avec une influence chinoise bien plus importante que HK. Et les casinos. Comment les oublier, quand on sait que Macau a détrôné Las Vegas depuis des années, ses établissements de jeux rapportant jusqu’à 7 milliards de dollars par an.

Nous commencerons notre escapade par la visite de la célèbre St Paul’s Church, ou plutôt ce qu’il en reste. Leur Montmartre à eux. La place est jolie et les ruelles regorgent de petits temples et de boutiques à découvrir.

Nous avons le malheur de monter pour explorer le fort et la vue sur… les bidonvilles. Flashback Jakarta. Redescendre. Vite. Macau, c’est mignon dans les belles rues colorées et sur les grandes places touristiques. Ne pas chercher de vue d’ensemble. Se contenter des musts du guide, pour une fois. Nous découvrons temples, églises et bibliothèques pleines de charme. On se croirait à Cuba, avec ces couleurs. Joli.

Nous longerons les casinos de nuit, émerveillés par cette grandeur, tout cet argent qui pue à des kilomètres, ces fontaines, ces bâtisses, ces gens qui viennent claquer par millions et cette fake touch. Au Casino Venetian, nous sommes à Venise. Ce sont les même décors au millimètre près. C’est incroyable.

Nous reviendrons sûrement à Macau pour explorer les casinos et devenir riches une prochaine fois. Ce soir, direction City of Dreams, pour un spectacle dirigé par le célèbre Franco Dragone. Dancing in the Water. Cette production est jouée à Macau depuis 2010, et a déjà été vue par plus de deux millions de spectateurs. Le spectacle dure 90 minutes de pur bonheur. Plus de 80 gymnastes, artistes, danseurs, plongeurs, acteurs et motards sont présents pour former un show magnifique.

Un must lors de votre passage à Macau. Inoubliable.

Quand les heures passent comme des secondes

whatsgoingon
Il y a beaucoup de choses que nous avions prévu de faire avant l’arrivée des beaux jours. Seulement voilà, nous avons beau adorer Hong Kong, cette ville nous pose un gros problème : les heures passent comme des secondes ici, et les mois comme des semaines. Le temps file à une allure incroyable. Les rencontres et les projets s’enchaînent, les jours défilent et voici Mai qui pointe déjà le bout de son nez.

A trop vous raconter nos mésaventures Australiennes en long et en large, j’en ai oublié de vous compter nos déboires Hong Kongais. Retour sur un mois de folies.

………

Sevens
Trop occupée à câliner les koalas, je n’ai pas eu le temps de me battre pour obtenir des places pour les matchs. Nous nous sommes donc contentés de la version beach, le 5s et de supporter les Bleus* depuis l’Irish pub du coin.

Pour les incultes qui comme nous, découvrent cet événement seulement maintenant, le Sevens, c’est un tournoi de rugby à sept organisé à Hong Kong. Ça, c’est la version officielle. En réalité, le Sevens, c’est surtout l’occasion de se déguiser et de faire la fête comme jamais. Nous avons découvert LKF comme jamais, nous avons croisé un jambon qui marche, Buzz l’Eclair et beaucoup de fées poilues aux corps de rugbymen.

Le 5s, c’est la version alternative, matchs de rugby dans le sable à Repulse Bay, cocktails parfum vacances et pique-nique sur la plage. Autant dire qu’après trois semaines sur les routes Australiennes, le retour à la réalité n’est pas trop violent.

 ………

_

LesRandos
Nous n’avons pas perdu le rythme, les découvertes continuent.

Nous avons enfin mis les pieds sur la superbe plage de Sai Kung, rencontré une népalaise anciennement guide dans l’Himalaya**, j’ai vu passer un serpent vert*** à quelques centimètres de mes pieds, nous avons frôlé la frontière chinoise, traversé des villages typiques incroyables, rencontré des autrichiens, américains, anglais, australiens, pris des coups de soleil, croisé de véritables tempêtes de pluie tropicales, couru dans les flaques et bu des bières dans des bars où personne ne parle un mot d’anglais.

 ………

Soho
De loin le coup de coeur du mois. Quel bonheur, quand des interviews nous amènent à découvrir de beaux quartiers –ça change des entretiens à St Denis-. Si le mois d’Avril a été chargé professionnellement, ça ne m’a pas empêché de continuer mes escapades, loin de là.

Certes, courir dans les rues de Soho en talons, mon portfolio à la main n’est peut-être pas la meilleure façon de découvrir le quartier, mais ça m’a suffit pour tomber sous son charme.

Nous y sommes retournés pour en découvrir de superbes cafés, boutiques, ruelles, parcs, marchés. C’est comme un petit Wan Chai, de l’autre côté de l’île. Rien à voir avec le côté busy de Hong Kong, ici on entend les klaxons oiseaux, on prend le soleil en terrasse et on bouquine au zoo. Superbe. On adore.

………

NewYork
Si tu ne peux pas aller à New York, New York vient à toi, à Hong Kong. Hollywood voit les choses en grand pour la sortie de Spider-Man 2. Ledit superhéros s’est installés sur la baie de Tsim Sha Tsui, jouant avec un pauvre taxi new-yorkais. On s’y croirait ! Ça donnerait presque envie d’aller voir le film à New York, tout ça. C’est vrai, ça fait déjà cinq ans. Il serait temps.

Les photographes à l’Ipad affluent autour du pauvre Spiderman, la foule est omniprésente depuis son installation. En voyant ça, nous sommes d’autant plus heureux de vivre à Wan Chai qui nous semble si calme en comparaison.

………

ManMoTempleMan Mo Temple, c’est un temple dédié au dieu de la littérature. Un des must-do à Hong Kong si l’on en croit les guides. D’extérieur, il ne paie pas de mine –la terrasse du café d’à côté donne nettement plus envie-, mais une fois entré dans l’enceinte du temple, c’est tout autre chose. Des centaines de spirales d’encens accrochés au plafond, des lampes et des écritures religieuses partout, des autels, des prières, et ce calme.

C’est fascinant de trouver ce lieu de culte si paisible dans un des quartiers branchés de la ville, qui grouille de restaurants et shops si hypes.

………

BestDimSumEverIl ne faudrait pas perdre la main, expat ou pas, toujours rester touriste dans sa tête. C’est en ressortant le guide que nous avons listé nos « must try« . Nous commencerons par l’un des meilleurs restaurants à Dim Sum de Hong Kong, One Dim Sum.

Nous y amenons un couple d’amis Brésiliens plutôt frileux à l’idée de déguster ces bouchées gluantes. Nous sommes fans, pas difficile de les convaincre. Lorsque les plats arrivent, nos amis passent de frileux à effrayés. Une fois passé l’aspect étrange –mais non ils sont trop mignons!-, tout le monde se régale. Une véritable orgie de Dim Sum, à tous les goûts, nous testons même les sucrés –on avait pourtant dit qu’on arrêtait-, un délice.

L’addition viendra ajouter de la saveur à notre festin. Dix-huit euros pour quatre personnes. On aime ce restaurant. Tellement que nous y retournerons le lendemain.

*Match Scotland/France. Le pub est en délire à chaque point marqué par les Ecossais. On se fait écraser comme jamais. Allez, on fini la bière et on s’en va. Discrètement.
**C’est comme ça que le trek au Népal est passé en haut de la bucketlist.
***Méchant. Très méchant.

Encore un vieux rêve réalisé par hasard

baby
Nous avons enfin récupéré notre maison roulante, LE Wicked Van, avec option Legos sexuels dessus, histoire de se faire des copains sur la route. En route, direction Byron Bay. Yeh, Yeh.

First, let’s go to the mall. Et croyez-moi, faire du shopping à quatre avec un mec qui déteste le chocolat et un autre le fromage, ça vaut le détour. Nous passons des heures dans les rayons, à disserter sur les parfums des paquets de chips et la taille de la bouteille de ketchup. Nous ferons, pendant nos dix-septs jours ici, diverses tentatives gastronomiques, et essuierons de nombreux échecs. On ne vient pas en Australie pour manger. On vient pour faire des câlins aux koalas et aux surfers.

En parlant de ça, nous arrivons à Surfers Paradise. Notre première plage Australienne. Je sens ici, parmi les vagues et les surf shops, un léger parfum de Bali… La route continue et les paysages sublimes défilent jusque Byron Bay. Ambiance No worries, surf et champignons*, Byron Bay est le parfait équilibre entre la décontraction Indo et la beauté Kiwie. On a envie de rester ici, de surfer, de porter des bracelets tissés colorés et de laisser nos cheveux blondir avec le sel.

Cape Byron, au sud, sublime notre découverte avec sa vue imprenable, sa baie turquoise, ses vagues et ses dauphins**. A tomber.

Le surfeur cliché du coin nous conseille de filer sur Coolangatta pour le championnat du monde de surf. Rien que ça ? J’ai fait six mois en Nouvelle-Zélande et près d’un an en Indonésie à attendre de voir du pro surfeur. Deux jours en Australie et les championnes d’Afrique du Sud, de Californie et d’Australie sont là, devant nous « having the time of their life« , comme dirait Mr le présentateur.

En toile de fond le soleil se couche, les spectateurs sont les pieds dans l’eau et la musique rythme les vagues. Le show nous laisse sans voix. Je cherche Kelly Slater pour lui dire bonjour, en vain –Kellyyyyy!-.

On resterait bien faire la fiesta ici mais la nuit va être courte, il est temps de reprendre la route.

 

*La serveuse du café est dans un tel état, tout ce qu’elle nous dit la fait marrer. Nous réaliserons plus tard que le chef ainsi que le reste du personnel sont dans le même état. Je suis presque sûre qu’ils nous voient avec des têtes de licornes et des queues de sirène.
**Nous étions quatre dont trois aux yeux déficients. Seul le belge a vu les dauphins, nous, on les a imaginé.

Happy Wednesday in Happy Valley

Happy
BOUM la #todolist. Enfin! Il était temps qu’on découvre les courses de Happy Valley.

Vous allez me dire, depuis quand vous vous intéressez aux courses de chevaux, vous ?* Le yoga la semaine dernière, les strings à pompons et maintenant les dadas, merde, on vous a perdu là.

Les courses de Happy Valley à Hong Kong, c’est une institution qui dure depuis des années ici. Tous les mercredis soirs, tout le monde se retrouve autour de quelques bières, hot-dogs et cacahuètes pour venir voir les courses. Les gradins sont emplis d’une ambiance délurée, ça parie, ça boit, ça chante en live –du Pharrell Williams au saxo, wow-.

On se croirait dans une série américaine.

On en prend plein les yeux** avec des styles de tout horizons qui se mélangent. Papi en converses, demoiselles en chapeau-corbeille-de-fruits, géantes sur talons aiguilles, Vip en costumes-cravates, touristes en short de bain-tongs et nanas en robes de soirée.

*Pour répondre à la question : depuis qu’on y trouve des bières et des hot-dogs.
**A refaire avec un appareil photo digne de ce nom. Bouh, les photos du smartphone bouh.

le dragon qui faisait les boutiques

Dragon_in_the_mall
Des bruits de tambours qui résonnent dans les larges couloirs de Citygate. Une foule de gens qui se dirige soudainement vers l’escalator. Des employés qui courent partout avec des sacs poubelles et ramassent des feuilles d’arbre. Il se passe quoi, au juste, dans ce mall ?

C’est le Nouvel An Chinois. Aujourd’hui, les dragons font le tour du centre commercial, boutique par boutique, pour chasser les mauvais esprits et les monstres.

Ce gros nounours qui a l’air si doux représente la bravoure et la chance. Devant chaque boutique, les commerçants ont disposé un bouquet de branches d’arbres. Le dragon arrive accompagné de son cortège et du tambour qui rythme ses pas. Il attrape les feuilles et les jette dans la boutique, il en fait tout le tour jusque dans les moindres recoins -on ne sait jamais, les monstres pourraient se cacher, les filous- et il sort, majestueux, en nous faisant deux trois petits pas de danse.

Dragon
Il est très agile –traverser une parfumerie à quatre pattes sans renverser un seul flacon, chapeau le dragon-. Il faut dire, ce sont des pratiquants d’arts martiaux qui dansent dans le dragon –non, ce n’est pas un vrai dragon-.

Autant dire qu’on ne pas l’embêter, en plus il y a écrit Kung Fu sur les t-shirts des bodyguards.

The sky is on fire

pow

On aurait pu passer l’après-midi sur la baie de Kowloon pour s’assurer un spot parfait pour admirer le feu. On aurait pu prévoir. On aurait pu s’organiser un peu, pour l’évènement. Mais après une journée de shopping, c’est quelques minutes avant le premier boum qu’on se réveille, il serait peut-être temps d’y aller, non ?

On descend et on suit le flot de gens qui se dirige vers la baie. Quelques pas plus tard, nous avons trouvé notre spot, palmiers en premier plan, buildings en arrière. Une fois de plus on réalise la chance d’habiter ce quartier. C’est comme s’il était à distance parfaite entre tous les choses qu’on adore. Deux binouzes plus tard, le premier Pow fait son apparition et le ciel s’illumine de couleurs. S’en suit un spectacle merveilleux, non seulement les couleurs sont sublimes, mais l’étendue du feu d’artifice amplifie d’autant plus sa beauté. On ne sait plus où regarder, ça Pow et ça Paw de tous les côtés, on admire le show les yeux brillants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bordel, on vit à Hong Kong. L’année du Cheval s’annonce superbe.

Et surtout, la santé !

dragon
Les préparatifs sont terminés, Hong Kong est sur son 31, dragons et chevaux ornent les parcs et les devantures de magasins, les filles ont sorti leurs chaussures Hello Kitty à paillettes, dans les rues les Happy New Year fusent, les shops chinois sont fermés et les métros ouverts toute la nuit. Le 31 au matin, pour la première fois, nous avons découvert des avenues désertes, un métro vide, et une ville au visage post-apocalyptique. Le Nouvel An Chinois va durer une quinzaine de jours et s’achèvera sur un sublime spectacle de lanternes.

Pour commencer, ce soir, fireworks sur Victoria Harbour.

Cantik

IMG_3989

Sur la route d’Amed, nous nous arrêtons à Tenganan, village balinais traditionnel le plus vieux de l’île. Les locaux sont contents de nous montrer leur maison, nous présenter leur travail de batik ou de calligraphie. C’est très calme, le village est presque désert.

Nous croisons deux Balinaises splendides, très apprêtées. En les suivant, nous arrivons au coeur d’une cérémonie…

La célébration du passage à l’âge adulte pour les adolescents. Des mois que j’attends ça, enfin nous y sommes, au coeur d’une magnifique cérémonie, il y a du monde partout, des vieux balinais jouent de la musique, les poulets sont teintés en rose, les gamins courent partout, les filles dansent, les offrandes n’en peuvent plus d’arriver. Et ces rires…

Un précieux moment dans notre voyage.