Life is hard

Aller voir les Dawson Falls, découvrir le bush environnant Mount Egmond, se poser dans l’herbe, bloquer sur les nuages pendants des minutes qui deviennent des heures. Le stress, j’ai failli être en retard pour le sunset sur Cape Egmond.

Publicités

The whitecliffs walkway

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Monter descendre monter descendre monter descendre. Cinq heures dans les farmlands à traverser des montagnes. J’ai croisé des vaches. Une trentaine de vaches qui te regardent t’avancer sur leur territoire, tu souris avec un « hello » hésitant. Oh, tu as des cornes, toi, sympa. Jolies cornes – elles vont sentir ma peur elles vont sentir ma peur elles vont sentir ma peur -. Bien entendu je n’ai pas pris d’eau, pas besoin quand tu pars pour une quinzaine de kilomètres en montagne au beau milieu de l’après-midi. Après « L’amour est dans le pré » on a donc « Koh Lanta« . A la vue d’une rivière j’ai couru pour me jeter dedans et en boire la moitié.

Demi-tour, retour voiture, j’ai fais la course avec le soleil, heureusement, j’ai gagné et j’ai été récompensée par le coucher de soleil sur les falaises.

Two months in New Zealand

Vous aviez raison, le début, c’est le plus difficile. Si si c’est vrai, c’était pas facile.

J’ai été spider killer – oui, bon, femme de ménage -, empêcheuse de moutons qui sautent de sauter, bergère en quad, caretaker de villa de vacances de Louis Vuitton, plongiste, illustratrice, babysitter, relookeuse d’intérieur de caravane, cuisto option muffins, peintre en bâtiment, rénovatrice de meubles anciens, prof de français, paysagiste, jardinière et assistante sculpture en bois. Ça m’a épuisé tout ça. Donc vendredi, je prends des vacances.

La suite, dans les prochains épisodes.

Mount Taranaki – Egmond for friends –

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’ascension du volcan est estimée entre huit à douze heures de marche, alors on va attendre un peu.

Et commencer par quelques kilomètres dans ce paradis. Il a fait son timide derrière les nuages, mais Mt Taranaki est une merveille. On se reverra.

By the way – the last helpX on the North Island is actually the 1st

Revenons quelques semaines en arrière. Je quittais Rachel & Rhys quelques heures après avoir adopté Camry. L’aventure, la vraie, commençait enfin, et ce grâce à leur aide précieuse concernant mon vaisseau de l’espace. Ensuite j’ai été hébergée par à peu près toute leur famille.

Et comme ça ne suffisait pas, maintenant qu’ils ont déménagé à New Plymouth, je suis de retour. A la maison. Je retrouve les fajitas de Rachel, les grognements de Dylan, les oeufs-ketchup au breakfast, leur rire contagieux, les soirées devant American Idol et Ryley qui préfèrerait mourir plutôt que de me parler – les filles c’est nul j’aime pas les filles les filles ça craint -.

Bordel que c’est bon.

New Plymouth city

Tu viens pas en Nouvelle-Zélande pour apprécier la ville.

Ville étant ici un grand mot. Généralement, les balades in town se limitent à l’office du tourisme, un café, deux galeries d’art et les toilettes publiques. De quoi prendre des forces avant d’aller randonner dans ce paradis naturel. Alors en arrivant à New Plymouh, j’étais un peu perdue. Et ça ne tient pas qu’au Petit Paris, la boulangerie – yummy ! – tenue par un français qui, non non non, ne m’a pas du tout donné envie de « j’avais pas envie de rentrer en France alors je suis resté« . Ça fait trois ans.

Il y a aussi le walkway de 15kms sur la côte, les nombreux cafés, le parc gigantesque, l’atmosphère, les lapins dans les bosquets, et Mont Egmont qui n’est jamais bien loin. C’est un peu leur Mont Ventoux à eux.

Du coup j’ai prolongé mon séjour ici pour prendre le temps de faire le quart de la moitié de ce que je veux faire. Pour le reste, faudra revenir.

The forgotten world highway

Entre Taumarunui et New Plymouth, le temps s’est arrêté.

Des kilomètres de vallées d’un vert émeraude, Mt Egmond en toile de fond. Et les Eagles qui vont bien avec.