A travers les rizières

Scoottrip
Que ce soit à Bali ou à Borobudur, nos balades en scoot’ se suivent et ne se ressemblent pas. Li-ber-té. Jakarta est loin. Très loin. On longe des rizières comme on n’en a jamais vu, des villages colorés d’un charme incroyable, on croise des écoliers, des “Helloooo“ souriants, les hommes qui sortent de la mosquée – moins souriants -, et puis la pluie.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Sunrise in Borobudur

Borobudur sunrise

4:00 am, scoot’, direction la colline qui fait face au temple pour le lever du soleil. On finit la route à pied, dans la nuit noire, jusqu’au point d’observation où nous retrouvons d’autres voyageurs matinaux. Belle façon de commencer la journée, un thé à la main, à discuter avec un couple adorable de Washington – on est invité, on va être forcé d’organiser un road-trip aux USA pour passer les voir –.

Quelques images plus tard, on descend admirer ça de plus près. Des dizaines de Bouddhas nous observent en silence. Ce lieu respire la sérénité. Un groupe de méditation fait l’ascension du temple en priant jusqu’à atteindre le nirvana, au sommet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce moment paisible a bien entendu été ponctué d’une foule d’Indos hystériques : bule !! – oui, ici étranger se dit boulet. Ce qui explique beaucoup de choses -.

Quelques photos plus tard, on parvient à s’enfuir et à partir loin, très loin de nos fans.

IMG_9222

Rentreront-ils au bout d’un an ?

LotusII

Après avoir quitté Prambanan, on a reprit la route direct vers Borobudur, pour être prêt pour le lever du soleil – ça faisait longtemps -. On débarque au Lotus II, accueillit avec un thé sur notre terrasse privée, on prépare nos futures excursions, ça parle Thaïlande, Vietnam, Cambodge. L’heure tourne et ça discute. Et là. A ce moment précis, oui, là, ce moment où on commence à y penser. C’est le début de nos problèmes.

Et si on restait quelques années, au lieu de rentrer l’année prochaine ?

Hypnotic Prambanan

sunset prambanan

Prambanan est l’un des plus beaux temples Hindoux du pays. Joli pendant la journée, il nous laisse sans voix au coucher du soleil. Spectaculaire. On profite du moment, hypnotisés par la beauté du lieu, presque désert.

Presque. Il y a un petit couple assis sur un banc, devant nous. D’ailleurs tiens, on dirait… Rejean et Ginette ! Ça mérite une Bintang. Enfin, quatre. Et quelques moustiques. Aïe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Colorful, beautiful, artistic Yogyakarta

yogi

6h30. Après une nuit dans le bus de l’extrême, on débarque enfin à Yogia, la capitale culturelle de Java. Sans doute la seule ville digne d’intérêt ici. Pleine de vie, de couleurs, d’art et de style, de bonne humeur, de musique… Ambiance festive au quotidien.

Mais POURQUOI on n’est pas basé à Yogya ? On peut même marcher dans les rues ! C’est dingue.

IMG_8717

On commence notre visite par un coup de foudre : le Bladok Losmen, notre hôtel à 2 minutes de la Jl Malioboro. Propre, frais, lumineux, on y est tout de suite chez nous. Banana pancakes, pineapple juice, fruits exotiques and off we go, direction le marché. Sur le chemin, on croise un local qui bosse à l’office du tourisme. Il est en congé, mais il prend le temps de nous indiquer les must-do de sa ville chérie.

Nous débarquons donc à la galerie des arts du batik, où un étudiant nous présente les oeuvres d’art de son école. Des tableaux peints entièrement à la main, un travail fastidieux. On est là en curieux, mais on flash tout deux sur une toile qui s’avèrent être la réalisation de notre étudiant-guide. Ça changera du cadre IKEA dans le salon, pour quand on sera grand et qu’on aura une maison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre artiste nous accompagne au marché traditionnel, bien caché au loin derrière le marché moderne. Les odeurs des fruits et des épices se mélangent, des Hello Miss, Hello Mister à chaque stand, des regards curieux – on est les seuls touristes -. C’est beau, coloré, enivrant. Et tous ces sourires… Notre artiste nous quitte, on ne tarde pas à se trouver un nouveau guide, un homme du marché nous présente tous les stands et nous fait goûter des fruits bizarres.

On finit notre journée épuisés, en becak – les fameux pousse-pousses -. Retour au Bladok, deux jours qu’on n’a pas fermé l’oeil, un plouf dans la piscine, dodo. Bon-heur.

Quand j’étais sur la route…

train

Pas le temps de souffler, on pack, un taxi et direction la gare de Bayuwangi pour 5h de train. Un joli voyage à regarder les rizières défiler en dégustant un riz-poulet servi dans une feuille de bananier pliée – le repas le moins cher jusque là : 50cts pour deux – . Et en plus, c’est bon !

Arrivés à Probolinggo, bus de nuit, c’est parti pour 9h de route direction Yogiakarta. Dans des conditions extrêmes – chauffeur-chauffard et routes-nids-de-poules -. Oh, yeah.