Duncannon. Le camp.

Ahhh, ces moments où tu soupires en te disant que plus tard, on en rira.

Duncannon c’était deux semaines très spéciales. Vous vous souvenez quand je disais qu’on cherchait un boulot à Queenstown ? Low season, full people, pas de travail avant des mois. Et oh, miracle ! Du prunning à Blenheim. Ni une ni deux on traverse le pays pour arriver au pays des merveilles.

A 5h24 tu portes à peu près tous tes vêtements sur toi, à 5h47 tu prends ton petit-déj en compagnie d’une trentaine de têtes « fucking day, fucking job, and FUCK it’s fucking freezing« . Et à 6h27 t’es au fond du van avec ta lunchbox et ton thermos sur les genoux à regarder les vignes défiler pendant que le soleil se lève. Puis strimming, tripping and rapping. On va pas se mentir, ça se résume à avoir les orteils bleus, donner des coups de sécateurs, enrouler des branches autour des cables et insulter des plants de vignes. En anglais, en français, en tchèque, en espagnol, en deutch ou en italien. C’est comme ça qu’on fait du bon vin. Bonheur. C’était Duncannon. Le camp pour travailleurs. Le camp. Bonheur.

On s’est enfuit.

Publicités

Road trip : Queenstown to Blenheim

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Traverser l’île du Sud en deux jours, c’est un peu fou.

C’est beaucoup d’essence, c’est revoir Tekapo sans s’arrêter pour le muffin de Tekapo (je vous ai parlé du muffin de Tekapo ? Il est bon.), c’est 900kms en moins de deux jours. C’est aussi dormir dans un wagon, croiser des otaries sur la route et découvrir le Red Velvet. Vous connaissez le Red Velvet ? Il est bon (demain, j’arrête).

Vous vous demandez pourquoi on a subitement quitté Queenstown pour filer droit vers Blenheim ? Nous aussi.

Perfect day

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Autant il y a des fois où tu te tapes le pire HelpX de ton trip,Camry crève un pneu et tu bouffes des spaggethis en conserve dans la même journée (à suivre dans les prochains épisodes), autant parfois tu finis ta journée dans des piscines pleines de cascades, sous les étoiles avec devant toi un des plus beaux lacs du monde.

Tu te lèves avec  le soleil pour un muesli au bord du lac. A peine le temps de râler à cause des nuages qu’ils disparaissent. Direction Mt John pour la vue magique sur le muffin –pardon, le lac Tekapo-. Retour au village, on se fait doubler par des lapins sur la route.

13h. On se fait Mt Cook ? Soyons fous. Cinquante kilomètres et un lac Pukaki plus tard, on y est. On a traversé des ponts suspendus, maudit un bus de jap, longé des falaises, sauté de rochers énormes en rochers énormes pour enfin arriver au pied du glacier. Et aux icebergs (droit devaaant, oui oui Cécile, on sait). Une journée de randonnée dans des coins de paradis ne suffisant pas, on a reprit la route vers Oamaru. Sunset sur les montagnes. Bien sûr. Salmon farm. On s’arrête ?

Et paf le poisson le plus frais du monde, Eagles, toujours, et la route continue.

12th Helpx : grandad & grand-mum’s home

Frances et Paul possèdent une des rares propriétés de la région qui n’ont subit aucun damage après les derniers séismes. Ici chacun dort avec une lampe de poche au pied du lit, au cas où. Rassurant. Chien abruti, chat top model, conseils « tu sais moi, mon grand, j’en ai vu des choses… », chambre d’enfant avec chacun son lit et sa jolie couverture : Bienvenue chez Papi et Mamie.

Trois jours suffisent. Le temps d’aller voir les manchots à Flea Bay – on a vu Flea Bay, pas les manchots -, de découvrir Akaroa, LE village français de New Zealand – avec la Rue Jolie à côté du port, la Boucherie du Village et du bleu blanc rouge partout -, de faire de la tirolienne sur la plage, casser une cheminée, aller voir le sunset au-dessus des nuages,  jouer à Tarzan avec du lière et confondre les otaries avec des dauphins. Un banana cake et quelques heures plus tard, on reprend la Camrymobile direction my favourite place in NZ.

Cust : 11th helpx, 1st farm

80 emails plus tard, on reprend le chemin du woofing. Comment dire, c’est un peu tous les jours dimanche midi chez Mushi. Vite oubliés, les sandwichs et backpackers. Et puisque Monsieur réclamait un woofing en ferme, à peine arrivés, nous voilà au milieu des pâtures, à regarder les veaux affamés charger vers nous – foooood! -.

Bien entendu Maria est pilote chez Air New Zealand. Bien entendu. Non mais c’est pas FOU ça ? Passons. Elle fait aussi Bed & Breakfast (oui, fermière-pilote-B&B, ben quoi?). Donc lit over-méga-king-size-confort-electric blanket and private bathroom, vue sur les champs, terrasse. Et Maria. Maria elle parle un bout de français, un morceau d’italien, elle fait la cuisine comme maman, elle conduit des avions et des tracteurs, elle a un chat qui s’appelle Oscar, un mari qui chasse le cerf et elle habite à Cust. Et, à Cust, il y a une route. Une école. Une église. Et Maria.

Trois jours de break à promener des brouettes de crottin, à désherber et à nourrir huit veaux et un gros chat, c’est magique. Si si, vous devriez essayer.

Seals, surf and sun

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Picton-Christchurch ça va nous faire une journée entière de route, on va s’arrêter à Kaikoura. Il n’y a pas grand chose à faire si tu n’as pas les sous pour aller voir les baleines mais tant pis, on partira tôt le matin. »

Il y a des jours, comme ça, où ton aire de repos s’avère être un coin de paradis. Après avoir traversé montagnes et farmlands, nous voilà à longer la côte pendant que le soleil se couche sur la mer. Çà grouille d’otaries, les jeunes tentent tant bien que mal de courir pendant que les adultes font les larves échouées sur les rochers.

En continuant vers la ville, on croise un surfeur. Puis deux. Un parking. On traverse la route. Et là boum. Des dizaines de surfeurs sont dans l’eau à attendre LA vague. Faut qu’on s’y mette. Merde, on va devoir rester jusqu’au printemps pour prendre des cours. Pour la suite, le seafood bbq sur la péninsule – le plus famous in the world, si si ils l’ont dit –, et un jacuzzi avec vue sur les étoiles avant d’aller dormir.

18 days, 21 muffins and 2241 kms later

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voir les saisons défiler dans la journée. Traverser des déserts. Des montagnes. Croiser des baby seals. Tomber en panne de batterie. Deux fois. Flotter au-dessus de Queenstown. Se laisser hypnotiser par le lac Tekapo. Croiser une grenouille dans les toilettes du camping. Frôler l’arrêt cardiaque. Rencontrer des anglais, des suisses, un japonais, des kiwis. Marcher sous la pluie. Défaire les sacs, refaire les sacs. Se faire draguer par Kelly. Perdre la guerre contre les mosquitos. Se faire piéger par la marée haute. Tomber dans les kiwis après le jacuzzi. Retour à la case départ. Manger une Pavlova avant de se quitter. Se quitter. Musique de fin. Ralenti. Écran noir. Remerciements.