Hundred fifty days

jakartathecitypeoplelovetohate

Prenez de la pollution, un peu de surpopulation, beaucoup de pauvreté, un zeste de corruption et une touche d’immeubles tristes. Ajoutez un peu de trafic, des trottoirs minés, des moustiques dangereux, des personnes sans bras, sans jambes ou déformés. Mélangez bien et laissez reposer cinq mois. Vous obtiendrez des heures perdues dans des taxis, des perfusions et si vous ajoutez l’ingrédient secret -un repas chez le chinois du coin de la rue-, vous aurez peut-être la chance de voir apparaître une maladie potentiellement grave.

Et un amour inconditionnel pour cette ville pleine de charme. 

IMG_0935 copy

Publicités

5 réflexions sur “Hundred fifty days

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s