Double Yay!

Lifeissogood
Ça fait combien de temps que je ne vous ai pas parlé des derniers Dim Sum que j’ai goûté ou du dernier temple taoïste visité? Waow. Ça va, vous? Ici je ne vous cache pas que c’est un peu la folie furieuse.

Lire la suite

Les découvertes du mois

La vie à HK suit son court, les journées ne contiennent pas assez d’heures pour faire tout ce que nous aimerions, mais les dernières semaines nous ont tout de même offert de belles découvertes.

BoutdeChine
Nous l’avions aperçu dans le bus, de retour de randonnée il y a quelques mois, nous avons enfin pris le temps de découvrir Chi Lin Nunnery et Nan Lian Garden, un large complexe Bouddhiste situé au nord de Kowloon.

Lire la suite

Le jour où j’ai croqué du chat

Meow
Pourquoi attendre mon séjour à Tokyo pour me faire mon premier Cat Café quand je peux le faire à Hong Kong ? –quand on vous dit qu’il y a TOUT ici-. C’est accompagnée de ma cop’s chat-natique que je débarque au Meow Cat Café. Le concept ? Vous l’aurez deviné, il s’agit de chats. A croquer, à câliner, à taquiner, à boire… Il y a du chat partout ici –même un poil du gros gris coincé dans mon cookie, mmh-.

La clientèle est principalement féminine, asiate et atteinte du syndrome ohhh-kitty-kitty-kitty. Au menu: Cat cookies, Cat marshmallow, Cat pizza, Cat toasts et Cat chocolats. Les chats sont racés, plus doux que dans la pub Soupline, gras, petits, vieux, beaux, stones, kamikazes, timides. Aux murs, guirlandes de chats en photos et masques de chats, derrière le comptoir, sucettes patte-de-chat, bonbons, biscuits et figurines chats et jouets pour chats. Il y a de tout, mais malheureusement pas de chats en take-away.

J’attends impatiemment l’ouverture d’un Koala Café.

Ah Meow Cat Café
Level 3, 2-6 Foo Ming St.
Po Ming Building
Causeway Bay

La voisine aux accents européens

Macau
Macau est la petite soeur de Hong Kong. Version ancienne colonie portuguaise avec une influence chinoise bien plus importante que HK. Et les casinos. Comment les oublier, quand on sait que Macau a détrôné Las Vegas depuis des années, ses établissements de jeux rapportant jusqu’à 7 milliards de dollars par an.

Nous commencerons notre escapade par la visite de la célèbre St Paul’s Church, ou plutôt ce qu’il en reste. Leur Montmartre à eux. La place est jolie et les ruelles regorgent de petits temples et de boutiques à découvrir.

Nous avons le malheur de monter pour explorer le fort et la vue sur… les bidonvilles. Flashback Jakarta. Redescendre. Vite. Macau, c’est mignon dans les belles rues colorées et sur les grandes places touristiques. Ne pas chercher de vue d’ensemble. Se contenter des musts du guide, pour une fois. Nous découvrons temples, églises et bibliothèques pleines de charme. On se croirait à Cuba, avec ces couleurs. Joli.

Nous longerons les casinos de nuit, émerveillés par cette grandeur, tout cet argent qui pue à des kilomètres, ces fontaines, ces bâtisses, ces gens qui viennent claquer par millions et cette fake touch. Au Casino Venetian, nous sommes à Venise. Ce sont les même décors au millimètre près. C’est incroyable.

Nous reviendrons sûrement à Macau pour explorer les casinos et devenir riches une prochaine fois. Ce soir, direction City of Dreams, pour un spectacle dirigé par le célèbre Franco Dragone. Dancing in the Water. Cette production est jouée à Macau depuis 2010, et a déjà été vue par plus de deux millions de spectateurs. Le spectacle dure 90 minutes de pur bonheur. Plus de 80 gymnastes, artistes, danseurs, plongeurs, acteurs et motards sont présents pour former un show magnifique.

Un must lors de votre passage à Macau. Inoubliable.

Notre balade sur dos de dragon

The_Dragons_Back
Le lundi matin, ça craint. Sauf quand tu commences la journée sur une crête entourée d’eau turquoise, de plages à tomber et de petits bateaux.

La Dragon’s Back c’est LA randonnée la plus connue de Hong Kong, celle que tous les touristes font, parce qu’elle est 1: magnifique 2: facile d’accès et 3: easy. Elle a même été élue plus belle randonnée urbaine d’Asie. Oui.

Bilan après vérification des dires. Magnifique ? Well. L’eau est superbe, nous apercevons au loin Shek O et son terrain de golf qui donne sur la mer et me rappelle celui de Bonifacio. Le chemin est haut perché et se termine sur un joli sentier à l’ombre. Nous finissons sur Big Wave Bay, plage désertique en semaine, surf, eau délicieuse et restaurant les pieds dans le sable, qui nous rappelle nos week-ends à Bali. Facile d’accès ? Porte à porte, il nous a fallu à peine plus d’une demi-heure pour être au pied du sentier –j’adore cette ville-. Easy ? Si on oublie la chaleur pesante, oui ! N’oubliez pas de prendre de l’eau, autrement vous finirez par boire l’eau de la rivière –mais non ça ne m’est jamais arrivé– ! L’été est bel et bien là et ça se sent. Il fait chaud, certes, mais la mer nous tend les bras, c’est tout simplement parfait.

La Dragon’s Back, c’est les vacances à deux pas de la maison.

Dragon’s back
Bus n°9 de Shau Kei Wan à To Tei Wan
Kms : approx 10kms
Ne pas oublier : eau + maillot de bain

Des piafs et des poissons

MongKoks_Markets
Ça fait un moment que je voulais y aller, sans grande conviction, simplement parce que c’est un must à HK, si, même que c’est le guide qui l’a dit. Enfin, des piafs, ça reste des piafs, non ? Que neni. Belle surprise en arrivant au Bird Market.

Ça piaille à n’en plus pouvoir, ça chante, ça vole, c’est une véritable cacophonie, et les plumes ne cessent de voler. Chut ! Wahou, mais on est où, là ?

Si un oiseau tu cherches, ton bonheur tu trouveras. Il y a du petit, du gros, du coloré, du noir et blanc, du gentil et du méchant. On ne sait plus où donner de la tête. Les perroquets se la racontent grave sur leurs perchoirs pendant que les petits se font nourrir par de vieux monsieurs à l’aide de baguettes chinoises.

J’imaginais un joli piège à touristes, mais il y a beaucoup de locaux, des petites filles qui sortent avec leur cage et leur petit oiseau, des enfants qui viennent les nourrir et tous ces papis qui ont un perroquet sur l’épaule.

Si vous êtes de passage à Mong Kok, ce serait dommage de ne pas faire le détour.

The Bird Market
Yuen Po Street
MTR: Prince Edward
Hours : 7am to 6pm

Après avoir risqué douze fois de choper la grippe aviaire et traversé le joli marché aux fleurs, j’atterris sur le ridiculement-petit-mais-marrant marché aux poissons.

On m’avait prévenue: « ce n’est pas un marché, c’est trois magasins qui se courent après ». Oui. Bon. Ce n’est pas totalement faux. Perde une heure d’une court halte pour ça, ce serait dommage. C’est là l’avantage de vivre à Hong Kong, on peut saisir la beauté subtile des visites inutiles.

Des centaines de poissons de toutes les couleurs, formes et tailles, prêts à être vendus, dans leurs petits sacs transparents. Il y a même la blonde décolorée version poisson. Oui, j’entends pas là… le poisson fluo. Après tout, à HK, c’est LA tendance, tout le monde porte du fluo pour la saison. Pourquoi les poissons devraient-ils être has-been ?

Non, je ne rentrerai à la maison ni avec un perroquet bleu, ni avec un poisson jaune. Je l’ai déjà dit: c’est un koala ou rien.

The Goldfish Market
Tung Choi Street North 
MTR: Prince Edward / Mong Kok
Hours : 7am to 6pm

Hong Kong, pas comme vous l’imaginez

The_Old_WanChai
C’est toujours comme ça, tu en vois toujours dix fois plus en voyage que dans ton quotidien. Pour preuve, je connais mieux les must de la Nouvelle Zélande que ceux de la France. Pas question de rester inculte sur notre quartier.

Cette semaine, après avoir été porté disparu durant plus de cinq jours, nous avons retrouvé le soleil qui nous a tant manqué. J’ai sauté sur l’occasion pour user un peu notre Lonely Planet, à la découverte de Wan Chai. The Old Wan Chai’s Forgotten Streets.

Ce qu’il y a de magique ici, c’est qu’on a de cesse de découvrir de nouvelles merveilles. C’est comme ça que j’ai enfin découvert la House of Stories, vestige de l’histoire Hong Kongaise transformée en centre culturel et artistique. Ainsi qu’une magnifique maison hantée perchée sur les hauteurs –pas de fantômes, grosse déception-.

A deux pas se cache le Pak Tai Temple, le plus grand temple taoïste de l’île. Il a été construit en 1863, en honneur au Dieu de la mer, Pak Tai. Pour ceux qui refusent de se contenter de l’image buildings de verre et restaurants branchés de HK, je vous recommande vivement cette visite. Le temple est très peu fréquentée. Je suis donc seule en compagnie de centaines de Bouddhas et autres énergumènes. Et là, à cinq minutes à pieds de chez moi, j’ai l’impression d’être au bout du monde.

La discussion avec le petit garde qui ne parle pas un mot d’anglais mais insiste pour me faire la conversation, l’encens qui embaume le lieu, les religieux qui passent brûler quelques bâtons en silence, les oiseaux qui chantent, dehors et ces arbres immenses qui entourent le portail.

C’est ça, la routine, à Hong Kong ?

Quand les heures passent comme des secondes

whatsgoingon
Il y a beaucoup de choses que nous avions prévu de faire avant l’arrivée des beaux jours. Seulement voilà, nous avons beau adorer Hong Kong, cette ville nous pose un gros problème : les heures passent comme des secondes ici, et les mois comme des semaines. Le temps file à une allure incroyable. Les rencontres et les projets s’enchaînent, les jours défilent et voici Mai qui pointe déjà le bout de son nez.

A trop vous raconter nos mésaventures Australiennes en long et en large, j’en ai oublié de vous compter nos déboires Hong Kongais. Retour sur un mois de folies.

………

Sevens
Trop occupée à câliner les koalas, je n’ai pas eu le temps de me battre pour obtenir des places pour les matchs. Nous nous sommes donc contentés de la version beach, le 5s et de supporter les Bleus* depuis l’Irish pub du coin.

Pour les incultes qui comme nous, découvrent cet événement seulement maintenant, le Sevens, c’est un tournoi de rugby à sept organisé à Hong Kong. Ça, c’est la version officielle. En réalité, le Sevens, c’est surtout l’occasion de se déguiser et de faire la fête comme jamais. Nous avons découvert LKF comme jamais, nous avons croisé un jambon qui marche, Buzz l’Eclair et beaucoup de fées poilues aux corps de rugbymen.

Le 5s, c’est la version alternative, matchs de rugby dans le sable à Repulse Bay, cocktails parfum vacances et pique-nique sur la plage. Autant dire qu’après trois semaines sur les routes Australiennes, le retour à la réalité n’est pas trop violent.

 ………

_

LesRandos
Nous n’avons pas perdu le rythme, les découvertes continuent.

Nous avons enfin mis les pieds sur la superbe plage de Sai Kung, rencontré une népalaise anciennement guide dans l’Himalaya**, j’ai vu passer un serpent vert*** à quelques centimètres de mes pieds, nous avons frôlé la frontière chinoise, traversé des villages typiques incroyables, rencontré des autrichiens, américains, anglais, australiens, pris des coups de soleil, croisé de véritables tempêtes de pluie tropicales, couru dans les flaques et bu des bières dans des bars où personne ne parle un mot d’anglais.

 ………

Soho
De loin le coup de coeur du mois. Quel bonheur, quand des interviews nous amènent à découvrir de beaux quartiers –ça change des entretiens à St Denis-. Si le mois d’Avril a été chargé professionnellement, ça ne m’a pas empêché de continuer mes escapades, loin de là.

Certes, courir dans les rues de Soho en talons, mon portfolio à la main n’est peut-être pas la meilleure façon de découvrir le quartier, mais ça m’a suffit pour tomber sous son charme.

Nous y sommes retournés pour en découvrir de superbes cafés, boutiques, ruelles, parcs, marchés. C’est comme un petit Wan Chai, de l’autre côté de l’île. Rien à voir avec le côté busy de Hong Kong, ici on entend les klaxons oiseaux, on prend le soleil en terrasse et on bouquine au zoo. Superbe. On adore.

………

NewYork
Si tu ne peux pas aller à New York, New York vient à toi, à Hong Kong. Hollywood voit les choses en grand pour la sortie de Spider-Man 2. Ledit superhéros s’est installés sur la baie de Tsim Sha Tsui, jouant avec un pauvre taxi new-yorkais. On s’y croirait ! Ça donnerait presque envie d’aller voir le film à New York, tout ça. C’est vrai, ça fait déjà cinq ans. Il serait temps.

Les photographes à l’Ipad affluent autour du pauvre Spiderman, la foule est omniprésente depuis son installation. En voyant ça, nous sommes d’autant plus heureux de vivre à Wan Chai qui nous semble si calme en comparaison.

………

ManMoTempleMan Mo Temple, c’est un temple dédié au dieu de la littérature. Un des must-do à Hong Kong si l’on en croit les guides. D’extérieur, il ne paie pas de mine –la terrasse du café d’à côté donne nettement plus envie-, mais une fois entré dans l’enceinte du temple, c’est tout autre chose. Des centaines de spirales d’encens accrochés au plafond, des lampes et des écritures religieuses partout, des autels, des prières, et ce calme.

C’est fascinant de trouver ce lieu de culte si paisible dans un des quartiers branchés de la ville, qui grouille de restaurants et shops si hypes.

………

BestDimSumEverIl ne faudrait pas perdre la main, expat ou pas, toujours rester touriste dans sa tête. C’est en ressortant le guide que nous avons listé nos « must try« . Nous commencerons par l’un des meilleurs restaurants à Dim Sum de Hong Kong, One Dim Sum.

Nous y amenons un couple d’amis Brésiliens plutôt frileux à l’idée de déguster ces bouchées gluantes. Nous sommes fans, pas difficile de les convaincre. Lorsque les plats arrivent, nos amis passent de frileux à effrayés. Une fois passé l’aspect étrange –mais non ils sont trop mignons!-, tout le monde se régale. Une véritable orgie de Dim Sum, à tous les goûts, nous testons même les sucrés –on avait pourtant dit qu’on arrêtait-, un délice.

L’addition viendra ajouter de la saveur à notre festin. Dix-huit euros pour quatre personnes. On aime ce restaurant. Tellement que nous y retournerons le lendemain.

*Match Scotland/France. Le pub est en délire à chaque point marqué par les Ecossais. On se fait écraser comme jamais. Allez, on fini la bière et on s’en va. Discrètement.
**C’est comme ça que le trek au Népal est passé en haut de la bucketlist.
***Méchant. Très méchant.

It was a pleasure, Australia.

Melbourne
Nous découvrons enfin la ville dont N°5 nous vante les mérites depuis une semaine. Elle y vit depuis deux mois et se régale ici. Entre les jolies ruelles, le street art et les cafés pleins de charme de Melbourne, il faut dire, il y a de quoi faire.

La ville est mignonne, notre séjour y sera court et intense. Rendre le van, bourrer nos sacs de koalas en peluches, prendre le joli tram, poster nos douze cartes postales, goûter les gaufres de Belgique-de Melbourne made by la cousine –trop bonnes-, se battre avec les valises pour parvenir à les fermer, commander un taxi, faire les adieux déchirants sur le trottoir. Kuala Lumpur. Hong Kong. Et mon koala qui m’attend pour aller se taper des dim sum –merde ça m’avait manqué-. Home sweet home.

L’Australie c’était fou, et c’est déjà fini. Pour le moment.

La vie d’expat : Episode 1

Photodefamille
Depuis que je suis montée dans cet avion, nos repas de famille ont commencé à ressembler à ça.

La vie d’expat, c’est quelque chose de particulier. Cela fait deux ans que ma famille et moi nous livrons à de belles battles de photos –cocktails sur la plage VS planche de fromage à la maison– . Innovation 2014, après des années de pression au fromage, mon frère est passé au chantage au coulis de framboise*. Je me suis dit que ça valait bien un article.

Pas de chance, à la maison, je n’ai pas laissé qu’une bande de sadiques fromageophiles, non. Ç’aurait été plus simple si ce n’était que ça, mais nous sommes devenus toute un tribu au fil des ans, passant de trois merdeux à huit –c’est ça, on vieillit, on pond des bébés, on adopte des koalas, on se marie et on ramène des +1-. Tribu fervente des week-ends à tester les nouveaux cocktails du bar du soleil et les toasts de la saison.

[vimeo 92442761 w=600&h=380]

Alors vivre loin de ceux que tu aimes, ça peut être difficile parfois –surtout le moment du plateau de fromage-, mais bordel, les retrouvailles**. Wahou. Après huit longs mois pas-tout-roses en Indonésie, j’ai retrouvé mes meilleurs amis à l’aéroport, béret, marinière et baguette sous le bras –je tiens à préciser qu’ils sont belges***!– et, un TGV plus tard, je retrouvais ma famille à la gare, mon père en sarong-tee-shirt Bintang et mes nièces avec un panneau Welcome géant.

Et ça, cet exact moment, ça vaut tout l’or du monde.

*C’est Pâques aujourd’hui… J’attends mon chantage au chocolat.
**Bon… Forcément, les séparations sont aussi intenses.
***Oui oui… Le même belge qu’en Australie.