Mise en garde – Arnaqueuse professionnelle

Vahimeri

Petite parenthèse dans mes découvertes pour vous mettre en garde contre Vahimeri Desgeorges, ou Luna, qui sévit en Indonésie comme arnaqueuse spécialisée dans les voyageurs et les expatriés.

Elle fait le tour des forums et sites de voyages pour se faire des contacts et ferrer ses futures victimes. Sites francophones et anglophones.

Elle se dit surfeuse, ingénieure et tahitienne mais il semblerait qu’elle ne soit rien de tout cela. Vahimeri est une fille tres intelligente et séduisante, et qui sait parfaitement inventer toutes sortes d’histoires parfaitement vraisemblables mais tout aussi fausses.

Son mode de fonctionnement, mettre la main sur votre CB ou votre porte-monnaie. De plus, elle revend des billets d’avions à des prix très attractifs, qui sont en réalité payés avec des CB hackées. Elle propose aux voyageurs de partager l’hôtel et file sans payer au moment de payer la note. Elle se prétend amie avec les voyageurs pour s’en rapprocher plus facilement et pouvoir profiter de leurs faiblesses.

Si vous entrez en contact avec elle, éloignez-vous en tant que possible. S’il est trop tard, faites opposition à votre CB. Elle n’a aucune pitié et a allégé une de ses « amies » de plus de 3000€ (sur des sites internet ou seules les infos de la carte suffisent).

C’est elle qui m’a fait découvrir quelques merveilles de SPAS et de restaurants à Jakarta. A vrai dire, c’était une amie proche sur la capitale, autant dire que je tombe des nues. Elle a disparu depuis que nous avons découvert son vrai visage.

Advertisements

15 réflexions sur “Mise en garde – Arnaqueuse professionnelle

  1. Julien dit :

    Pour avoir passé rien de moins que 5 mois avec Vahimeri, je confirme: eloignez-vous en… Ou vous aurez mal. Et on ne parle pas que d’argent.

  2. joelle dit :

    Février 2012 …..3600€ en billets d’avion prélevés sur ma CB , j’avais 800€ en espèces…disparu de la chambre d’hotel ou je restais avec Vahimeri . Février 2013 , à nouveau à Bali , je fais la connaissance de Guillaume B qui n’avait plus rien après avoir connu cette fille ,il ne pouvait même pas quitté son hotel , le proprio et sa famille allaient le livrer à la police quand ,j’ai eu la chance d’arriver à temps pour l’aider à rentrer en France ….et bien d’autres encore : Joey , Olivia , Josefine ….Si vous avez une idée pour la stopper , faites le savoir . La police de Denpasar ; ou je me suis rendue, ne la croit pas française mais indonésienne ! Elle est très forte …..

  3. Olivia dit :

    Bonjour à tous (et un bonjour tout spécial à Joëlle ;o)),
    Je ne peux que confirmer le témoignage de Joëlle!
    Pour ma part, elle a hacké ma CB et prélevé 1600€!!! Je l’ai vu en rentrant en Belgique et j’ai eu de la chance que Visa ait accepté ma plainte!
    Cette fille doit être arrêtée en effet car ce n’est pas juste l’argent… Si besoin d’un témoignage collectif, I am in.

    • esnault dit :

      Merde je viens decouvrir son vrai visage également les boules elle ma piraté ma pauvre carte bleue de stagiaire de 1220euros . Julien on doit se voir avant que je parte le 31aout. Mon numéro indo 0878-8367-2906

  4. Sinouhet dit :

    Salut,

    En cherchant des infos sur Vahimeri je suis tombe sur cet article.

    Je suis une nouvelle victime helas.

    N hesiter pas a me contacter pour echange d infos.

    Desole pour les accents je suis sur un qwerty…

    Merci a vous,

    A bientot,

  5. matt ball dit :

    bon, je suis un jeune francais a Yogya et je l ai bloquee. j ai tout d Elle, sa carte d identite, ses carnets avec les numeros de cartes et le consulat est au courant.
    je m en occupe ;-)

    mais Elle est vraiment francaise, apres tout n est que mensonges.

  6. Johna449 dit :

    Hiya, I am really glad I have found this information. Nowadays bloggers publish just about gossips and web and this is really annoying. A good blog with interesting content, that is what I need. Thanks for keeping this website, I’ll be visiting it. Do you do newsletters? Can not find it. dadkekdaeedk

  7. antoine dit :

    Bonjour,

    Pour informations…

    « Les grands hôtels avec l’argent des autres

    Publié le mardi 10 octobre 2006 à 21H00

    Cinq condamnations prononcées sous cinq identités différentes. Même la justice semble démunie devant les talents d’escroc de Nona Parman. Est-ce son véritable nom ? Hier, cette jeune femme de 28 ans a été condamnée une sixième fois à cinq ans ferme.La dernière fois que Nona Parman est venue s’expliquer à la barre du tribunal, c’était pour dire : « Je ne vais pas bien, ça fait des années que ça dure, je ne peux rien vous dire d’autre. » Hier, c’était « Je demande de l’aide. Je veux me réinsérer. » Si le discours a radicalement changé, les raisons qui l’amènent à la barre, elles, ne varient pas d’un iota. Nona, 28 ans, est une maniaque de l’escroquerie de haut vol.Sa méthode est diaboliquement simple : la persuasion, les identités multiples et les belles paroles. Et accessoirement aussi, les beaux hôtels. C’est d’ailleurs un responsable du Méridien de Nouméa qui découvre le pot-aux-roses. En septembre 2005, il se rend compte que certains réceptionnistes délivrent de l’argent liquide en grande quantité à une cliente, qui utilise pour cela les numéros de nombreuses cartes bancaires différentes. Si le procédé laisse entrevoir une certaine légèreté de la part des employés, il semble aussi mettre en lumière l’incroyable force de persuasion de l’aigrefin. En agissant de la sorte, elle parvient ainsi à se faire remettre plusieurs centaines de milliers de francs.Elle retenait les numéros de CBMais pour mener grand train, elle dispose également d’une autre technique : les notes d’hôtel ou de restaurant qu’elle oublie de régler. Si Nona a la mémoire qui flanche dans ces moments-là, elle retient en revanche parfaitement bien les numéros d’identification bancaire qui ne sont pas les siens. Ceux qu’elle aperçoit par exemple sur le comptoir d’une agence de voyage, qu’elle fréquente régulièrement. Les vrais titulaires des cartes bancaires, eux, tombent des nues en constatant les paiements de certaines notes d’hôtel. Hier, pourtant, elle a réfuté complètement ces accusations. « Ces numéros de carte m’ont été communiqués par ma sœur, qui réside en Indonésie, explique-t-elle. Elle m’aidait à régler mes problèmes financiers. » Au cours de l’enquête, le juge d’instruction contacte donc la sœur en question pour lui demander confirmation. Réponse ferme et définitive de l’intéressée : « Non, je n’ai jamais communiqué de tels numéros. » L’esprit de famille, c’est aussi ce qui caractérise Nona. Car parmi ses victimes, on retrouve un ex-concubin, retourné en métropole après une brève liaison. Si Nona a rompu, elle n’a pas oublié le numéro de carte de son ex. Pourtant, elle nie encore. « Je n’ai jamais utilisé de numéros de carte à l’insu de leurs propriétaires. Je ne prendrais pas le risque de vous mentir, là, maintenant. Tout ce que je veux, je vous le répète, c’est m’en sortir », affirme-t-elle aux juges. Une note de 2,6 millionsAu total, l’ampleur des paiements effectués avec l’argent des autres ou les oublis de notes d’hôtel s’élèvent à plus de 2,6 millions de francs. Et, à l’heure du bilan, le tableau n’est pas fameux. Une première condamnation en 2000, pour filouterie de chambre d’hôtel. Un casier judiciaire sur lequel s’ajoutent ensuite quatre lignes, avec des mots comme « escroquerie », « recel » ou « séjour irrégulier ».Hier, Nona Parman est retournée au Camp-Est. C’est d’ailleurs entre les murs de la prison qu’il y a dix mois de cela, elle a accouché de son troisième enfant, pendant sa détention provisoire. « C’est ce qui m’a fait réfléchir », a-t-elle tenté d’expliquer aux juges. Mais l’argument ne pesait pas bien lourd au regard de ses cinq condamnations précédentes, dont certaines prononcées sous d’autres identités. Bilan des courses : cinq ans ferme.

    article de Pierrick Chatel

    commentaires de l’article:

    02/05/2011 à 20h40

    je possède aussi des photos pouvez vous m en envoyer pour comparaison merci

    28/01/2011 à 14h54

    Bonjour Jean Luc,

    Nous avons, avec ma femme, croisé la route de Nona Parman a Bali cette semaine a l hotel Bali Reef. Pourriez-vous me laisser vos coordonnées téléphoniques, j’ai une photo. Merci

    26/09/2010 à 18h23

    Bonjour,

    Auriez vous une photo de cette personne? Il se trouve que nous venons d embaucher une personne portant le meme nom mentionner sur l article ci dessus dans notre societe de video production a Bali.

    Je vous remercie par avance

     »

    AVEZ VOUS DES SUITES CONCERNANT CETTE AFFAIRE??

    merci d’en faire part je suis très intéressé ayant moi même était victime.

    Joelle on avait déjà communiqué par mail dsl si je n’ai pas toujours répondu, je rentre tout juste de voyage et j’avais besoin de penser à autre chose.

    Au plaisir,

  8. antoine dit :

    L’arnaqueuse en cavale renvoyée au Camp-Est

    Publié le vendredi 06 juin 2003 à 21H00

    Connue pour avoir détroussé de vieux Javanais, grugé nombre d’hôteliers calédoniens et mené la dolce vita avec la carte bleue d’un amant mort, Nona Nussy vient de retrouver le Camp-Est après de longs mois de cavale.

    La voiture avec chauffeur, grands hôtels, les amants éperdus, les petites et les grandes escroqueries, les mois de cavale, la police aux trousses… Malgré ses 25 ans, Nona Nussy Binti a déjà tout connu. Y compris les cellules du Camp-Est qu’elle vient de retrouver. Cette jeune aventurière a été arrêtée en début de semaine par la police aux frontières chez son dernier amant en date, à Koutio.Elle a été conduite immédiatement au Camp Est. Cette belle jeune fille aux grands yeux noirs, qui vit en Calédonie mais a toujours la nationalité indonésienne, était sous le coup d’un mandat d’arrêt prononcé en début d’année à la suite d’une condamnation à deux ans de prison prononcée en août 2002 pour escroquerie. Comme souvent, elle n’était pas dans la salle d’audience lors de son jugement, mais en cavale dans quelque recoin touristique de Calédonie.Belle vénéneuse La belle Nona a 22 ans quand elle défraye une première fois la chronique judiciaire en Calédonie. Fraîchement arrivée sur le territoire, elle embobine ses compatriotes, âgés de préférence, et se fait remettre de coquettes sommes en promettant des placements mirobolants aux vieux Javanais dont elle parle la langue. Au passage, elle et son mari (de nationalité française) laissent plusieurs belles ardoises dans les hôtels et les bons restaurants calédoniens. La technique du couple est simple : dès qu’un hôtelier leur présente une facture, ils font mine d’aller faire un tour, laissent quelques affaires dans leur chambre pour endormir la vigilance du patron, et disparaissent. Arrêtée par les gendarmes de Pont-des-Français en mars 2000, elle comparaît une première fois devant le tribunal avec son compagnon et complice, Christophe Gras. Larmoyante, elle obtient un délai pour préparer sa défense… et prend la poudre d’escampette. En mai 2000, le tribunal la condamne à un an de prison ferme. Mais la belle est en cavale.Jeune amant suicidé La suite est beaucoup plus vénéneuse. Nona renoue une idylle avec un jeune homme lourdement handicapé à la suite d’un accident. Début juillet 2000, son amant met fin à ses jours. En plein deuil, au milieu d’une famille hébétée par la douleur, Nona disparaît en emportant la carte bleue du mort, dont elle s’était fait souffler le numéro de code. Elle retourne avec son autre amant et, pendant dix jours, le couple va mener la grande vie aux frais du disparu et de sa famille. Syndrome Nikita Location de voiture avec chauffeur, achat de parfums, de vêtements, bons restaurants et petits déjeuner au lit dans les chambres d’hôtel… 430 000 F sont débités sur la carte avant que les parents du défunt ne mettent le holà. Le 18 août 2000, la belle Nona est à nouveau devant le tribunal correctionnel. « Je ne vais pas bien. Ça fait des années que je ne vais pas bien. » Son avocat évoque le « syndrome Nikita », rappelle son intelligence exceptionnelle et suggère un traitement médical. « Si vous la mettez au Camp-Est, c’est un bâton de dynamite qui en ressortira». L’arnaqueuse est condamnée à 13 mois de prison. Elle en ressort en 2001 et replonge très vite dans ses travers. Chèques volés ou subtilisés, vol au détriment de personnes vulnérables, falsification de documents administratifs, tromperies diverses et arnaques en tout genre, des hommes prêts à se damner ou se ruiner… L’affaire Nona Nussy revient une nouvelle fois devant la justice en août 2002. Mais une nouvelle fois, la belle Javanaise a filé à l’anglaise. En son absence, elle est tout de même condamnée à deux ans de prison. Sa dernière cavale aura duré jusqu’à ce début de semaine. Mais quelque chose laisse à penser qu’il y en aura d’autres.

    Philippe Frédière

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s